Helping Hands Doula
Une journée dans la vie d'une doula postnatale


Par Aline Paradis PCD(DONA), CLC
Doula postnatale certifiée et conseillère en lactation certifiée
Helping Hands Doula, www.helpinghandsdoula.org


L'importance du rôle de la doula postnatale s'est accrue dans notre
société à cause de plusieurs facteurs. Les membres de la famille habitent
loin, travaillent à temps plein ou les nouveaux parents désirent
simplement avoir l'expertise de quelqu'un d'impartial qui est au fait de la
toute dernière information sur la prise de soin de bébé et de
l'allaitement. De plus, les amis ont probablement des emplois ou ont leur
propre petite famille. Finalement, nous ne sommes peut-être pas très
proches avec nos voisins. D'où l'utilité des doulas !
Tous droits réservés
Aline Paradis PCD(DONA) CLC    -    613-612-8289
Doula postnatale et conseillère en lactation certifiée
Chaque journée passée avec une cliente et sa famille est différente. Cela varie selon ses besoins, l'âge
du bébé, si c'est leur premier bébé, si ce sont des jumeaux ou des triplés, ou s’il a des frères et
sœurs. La doula postnatale s'adapte à ses clients et à leurs besoins spécifiques. Parfois, les parents
ne savent même pas ce dont ils ont besoin et c'est à la doula postnatale d'y voir et d'aider autant que
possible.

Lors d'une journée typique, la première chose que je fais lorsque j'arrive, c'est de parler à la maman
et de voir comment vont les choses. J'essaie de déterminer comment elle se sent et s'il y a de
l'anxiété. Est-ce qu'elle est épuisée mais elle ne s'écoute pas? On établit d'abord un « plan d'action »
pour ma visite de la journée car j'ai besoin de savoir ce que maman aura besoin aujourd'hui. J'ai
probablement déjà remarqué quelques petites tâches à faire tel que ranger la cuisine ou faire la
lessive. Je m'assure que maman a mangé et qu'elle est bien reposée, mais bien souvent, elle a besoin
d'une sieste! Je m'assure que le bébé ait mangé avant de l'envoyer se reposer pour que son repos ne
soit pas interrompu par une session d’allaitement!

Une grosse partie de mon soutien est l'éducation. Lorsque c'est l'heure pour bébé de boire, c'est le
moment parfait pour répondre aux questions des parents concernant l'allaitement ou le fait de nourrir
bébé au biberon, car je ne veux pas les submerger d'un surplus d'informations tout en même temps.
Quand le bébé est allaité, on regarde la prise du sein, on parle des habitudes de boire du bébé, on
regarde les signes qui nous disent que le bébé boit bien et on discute des différentes façons de faire
faire le rot. La maman a souvent pleins de questions auxquelles j’essaie de répondre. S’il y a des
questions auxquelles je ne peux répondre ou si maman a des craintes additionnelles, j'essaie de lui
inculquer à se faire confiance et faire confiance à ses instincts. Si elle est inquiète, je lui recommande
d'appeler son médecin si besoin est, ou de la référer au professionnel approprié : que ce soit une
consultante en allaitement, un(e) ostéopathe ou un(e) thérapeute crânio-sacral. Lorsque maman
allaite, je m’occupe d’elle en lui apportant de quoi boire et manger.

Pendant ce temps, l
e conjoint (ou conjointe) est peut-être là pour soutenir maman mais parfois il ou
elle
en profite pour prendre du temps pour lui (elle), pour se reposer, faire de l'exercice, faire des
tâches autour de la maison ou faire des courses (il
ou elle a peut-être besoin de sortir de la maison et
cette personne est contente que quelqu'un soit là pour maman et bébé.), s'il ou elle n'est pas déjà de
retour au travail.

Lorsque tout est sous contrôle (bébé est en train de manger et maman est à l’aise et n’a aucunes
questions), j'en profite pour m'occuper de la lessive ou d'autres tâches légères qu'on avait
déterminées dans notre « plan d'action ».

Lorsque la tétée est terminée, si maman est fatiguée (généralement elle l'est), je lui conseille d'aller se
coucher. Le repos est très important. Certaines mamans vont aller se coucher avec le bébé alors que
d'autres préfèrent aller dormir seule. C'est maman qui décide. Pendant ce temps, je range la cuisine :
je vide et je remplis le lave-vaisselle, je lave les casseroles, je balaie le plancher. Je regarde dans le
frigo s’il y a des légumes que je pourrais couper pour que ce soit des collations facilement accessibles.
Si cela a été discuté avec maman, je vais lui faire à diner ou commencer le souper pour faciliter le
début de soirée aux parents. Si le bébé est avec moi, je suis probablement entrain de le porter dans
un porte bébé. Je regarde le reste de la maison et si besoin est, je fais un peu de rangement pour
que la maison reste invitante pour les parents. Bien sûr, je termine le lavage que j'ai commencé (J’
aime bien que les tâches commencées soient terminées lors de mon départ).

Au moment où maman se lève, elle aime bien prendre un bain ou une douche. Elle se sent mieux et
nous parlons un peu plus. C'est à ce moment-là que la portion éducation continue : les soins du
nouveau-né, techniques pour calmer le bébé et toutes autres questions que maman peut avoir. Mais
je ne fais pas que répondre aux questions. J’écoute aussi et je rassure. Je suis une épaule sur
laquelle maman peut parler de ses craintes sans être jugée.

Lorsque le moment de partir est arrivé, je sens que la famille est plus reposée, contente et plus
confiante. Ils savent à quoi s'attendre avec leur bébé dans les prochains jours et ils savent qu'ils
peuvent me rejoindre s'ils en ont besoin. Nous avons bien souvent déjà établi une fréquence pour les
autres visites. Je sais déjà si je reviens cette semaine ou seulement la semaine prochaine. Certaines
familles ont besoin de moi une semaine, alors que pour d'autres, les visites durent quelques mois.
Parfois j'y vais une fois par semaine et parfois trois fois par semaine, c’est du cas par cas. Parfois cela
prend à maman quelques visites pour être à l’aise avec moi pour vraiment me parler de la naissance et
se reposer, parfois cela se produit tout de suite et quelquefois la connexion s'est produite avant
même la naissance. Encore une fois cela varie. En tant que Doula Postnatale, mon but est que la
famille n'ait plus besoin de moi. Lorsque cela est fait, je sais que j'ai bien fait mon travail

Tout ce qui compte est que la famille récupère, s'attache à leur bébé (ou leurs bébés), ait confiance en
leur habilité d'être parent et qu'il sache que même si ce n'est pas toujours facile, qu'il y a du soutien
qui est disponible : de leur doula postnatale, d'un membre de leur famille, des amis ou quelqu'un dans
leur communauté.